ROOTS MANUVA,
Awfully Deep.
- retour -
C'EST DU ROOTS MANUVA QU'IL NOUS FAUT

Bon ok je sais, ça fait déjà un petit moment que le disque est sorti (officiellement le 28 janvier 2005… oui oh ça va hein) mais puisque j'ai parlé du dernier Saul Williams il y a peu, il aurait été scandaleux voire pas très cool de passer sous silence le dernier Roots Manuva (d'autant que je suis particulièrement content de mon titre). Les deux bonhommes n'ont pas grand chose à voir d'un point de vue stylistique, mais disons qu'à leur manière ils participent de (je rabats tout de suite le caquet de lecteurs jouant les tatillons syntaxiques, les cow-boys linguistiques : oui, l'expression participer de existe bel et bien) ils participent de, disais-je, ce Hiphop un peu à part mais qui est bel et bien true (ça veut dire « vrai » en anglais ; bon, j'arrête d'être arrogant). Tous deux sont des auteurs singuliers, à la forte personnalité, qui tracent leur route musicale avec l'amour des mots comme véhicule ; l'un aux Etats-Unis et l'autre, moins chanceux, en Grande-Bretagne.

Roots Manuva : tout est déjà dit dans le pseudo derrière lequel se cache Rodney Smith, londonien d'origine jamaïcaine - ses parents viennent d'un petit village répondant au doux nom de Banana Hole, d'où le nom de son nouveau label Banana Klan - . Roots Manuva signifie selon ses propres termes : des racines profondément ancrées dans le sol (son amour pour les sound-systems jamaïcains qui sont sans doute la « vraie » et la plus directe origine du rap) mais qui s'élèvent vers les hauteurs (son côté électro très à la page).

Awfully Deep est le quatrième album du rappeur grand-breton si l'on compte son opus dub… Dub Come Save Me (Big Dada, 2002). Les fans ont donc dû patienter trois ans avant de pouvoir lui trouver un successeur, mais l'attente n'a pas été vaine. Roots Manuva a pris son temps, le temps de faire des erreurs, le temps de les reconnaître (c'est ce que dit la biographie officielle). Et il faut bien reconnaître que cette patience aura été bénéfique. Awfully Deep est un disque solide qui se permet même d'être un peu éclectique : on trouve bien sûr çà et là des infimes réminiscences dub qui n'étonneront plus grand monde («  Too Cold » mais surtout «  A Haunting » ), qui côtoient les sons électroniques les plus rugueux et des rythmiques qui incitent au mouvement vertical de la tête (c'est bounce comme disent les jeunes) : «  Move Ya Loin  » ou «  Rebel Heart  ».

Cependant il serait réducteur de se cantonner à un inventaire d'éléments musicaux. Car Rodney Smith mélange l'ancien et le nouveau, l'accessible et l'underground, le tout dans un moule relativement conventionnel : un morceau de Roots Manuva c'est avant tout un couplet au balancement imperturbable et un refrain obsédant qui vient apporter une nouvelle bouffée d'oxygène. D'ailleurs, ce genre de structure simple presque systématique pourra en agacer certains qui avanceront (et ils n'auront pas tout à fait tort) que ça a déjà été vu et revu. Mais là encore ces considérations disparaissent à l'écoute de certains titres qui montrent que l'Anglais maîtrise son format de manière impressionnante. Il y a plusieurs tubes sur cet album, avec en tête (cet avis n'engage que moi) le génial titre éponyme, «  Awfully Deep  », chargé de tension électronique canalisée, suivi entre autres de «  Too Cold  » et «  Colossal Insight  »… Ce dernier rend bien compte de la sensibilité « pop synthétique » du MC/producteur, qui est encore un autre aspect de sa musique.

Awfully Deep est sûrement l'album le plus abouti de Roots Manuva, représentatif de sa volonté de « capturer une émotion, en utilisant une structure »*, de mettre des éléments non-conventionnels sous une forme accessible, avec sa « vision jamaïcaine des choses »*… Sans oublier par dessus tout son flow enraciné dans le beat et sa voix grave qui complètent un ensemble sonore porté par la basse, tout en rondeur et en chaleur. Le résultat est immédiatement attirant.


Awfully Deep
, Big Dada/Banana Klan, 2005 ; disponible

[une édition limitée à été commercialisée avec un disque bonus, The Noodle Pack , qui contient cinq titres de l'album dans une version différente.]

http://www.rootsmanuva.co.uk :
C'est le site officiel en anglais avec des beaux dégradés de couleurs, une bio, une discographie et tout ce qu'il faut.

*Les citations sont tirées d'une interview lisible sur la page :
http://www.90bpm.net/interview/2001/manureva.shtml

- retour -